À propos de Véronique  Combes

 

...Veilleurs immobiles et bouleversés par le remue-ménage qui fourmille dans leur corps et leur esprit... Ici pas de belle carrosserie des magazines de papier glacé ou de mode versatile. C'est la cabosse de la vie qui n'est pas toujours tendre avec les moins aguerris de notre monde...                                                                                      

                                                                                                                                 

                                                                                                                                                   Pierre Bertrand, chroniqueur

 

 

 

Les planches qu’utilise Véronique Combes nous présentent une famille toute personnelle d’être(s) (de cœur et de pensée). Elles ont longtemps servi à séparer l'espace, cloisonner, diviser. Longtemps, dans les abris par elles obstrués, elles ont créé des intérieurs et des extérieurs, servant d’appuis, chargées de tout le n’importe quoi qui traîne dans toutes les remises. Elles ont filtré des pleines lumières, inventé des pénombres.

 

Acceptant modestement leurs formes irrégulières, fragilisées par leur propre finesse, elles furent déterminées à affronter caprices des bâtis et outrages du temps. Bien sûr, elles ont ployé, tremblé, vacillé, souffert. Ainsi fut leur destin : précaire.

 

A leur tour à l’abri de la froide brûlure des temps, elles unissent aujourd'hui leurs forces, marquées par tant de devoirs anciens. Désormais soustraites d'épreuves, habillées d'élégance en sobre noir et blanc, parées d’un trait ardent, de mots et de figures dignes, elles renaissent serties dans le béton lisse de la modernité.

 

Authentiques, elles ont su conserver une précarité à leur devenir. Elles savent, comme nous, comme tout, qu'elles continueront à trembler humblement sous le vent, fendillées en lamelles fragiles de vérités profondes, en reflets et mémoires d’anciennes vies, imposantes et hiératiques.

Mais par la grâce du geste qui les réhabilita dans leur unicité, elles poursuivent  aujourd’hui leur destin d'une façon plénière :

elles ne séparent plus, elles sont.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Danièl Maigné, photographe                                                                                           

 

Autrefois, on appelait ces planches « oropets ». Du gascon horà : hors et pèth : peau.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Arlette, agricultrice                                                                                           

                                                                                                                                                                                                                     

Hors la peau, écorché... "oropets''... "horapeths"

 

... écorchés... à l'image des personnages que je dessine,  d'une humanité blessée que je présente et représente.

 

Figurer l'errance

Mon travail repose sur la fragilité de l'être humain et s'appuie sur des questions qui me touchent, des thèmes souvent puisés dans l'actualité : mal-être, maltraitance, exil...

Mes productions, sur des supports variés, le plus souvent grand format et essentiellement en noir et blanc, mêlent étroitement dessin, peinture et collage.

J'utilise souvent le procédé de mise en abyme support/sujet traité et associe ainsi la fragilité et la solidité de l' "oropet et de l'écorce  à la nature humaine.

L'écrit collé, tronqué ou compressé ; les mots et "l'entre deux mots", des mots qui suggèrent, des mots qui disent, des mots qui défont ou renforcent la première appréhension de l'image participent aussi à la transcription graphique de mes émotions.

Car il s'agit bien là d'émotion et au fond de moi si je cherche à révéler la dignité, la force de ces êtres, abîmés de la vie, c'est aussi pour établir une connexion émotionnelle dans une relation triangulaire formée par eux, le public et moi-même.

S'ajoute à cela l'intention d'engager une réflexion et une interrogation sur la relation à l'autre.

                                                                                                                                                                

                                                                                                                                                                Véronique Combes

  • w-facebook
  • w-flickr